An email is going to be sent to the session manager

Colloque international

Le Cours de linguistique générale
et les sciences du langage
en Europe orientale

 

Organisatrice responsable : Ekaterina Velmezova

Publié trois ans après la mort de Ferdinand de Saussure, le Cours de linguistique générale reste l’un des ouvrages les plus énigmatiques dans le domaine des sciences du langage. Livre de chevet d’un grand nombre de linguistes, en Europe orientale le Cours a souvent été interprété de façon qui aurait pu sembler paradoxale et inattendue à Saussure lui-même. En même temps, c’est à la lecture du Cours que la linguistique d'Europe orientale doit l’apparition de plusieurs courants qui restent toujours prometteurs. Le but du colloque consistera à analyser les prémisses historiques et épistémologiques de la réception du Cours dans cette partie du « monde slave ».  

 

Le cours

 

Université de Lausanne, le 13 avril 2016
Amphimax, salle 414 (UNIL Sorge)

PROGRAMME

 

– 9.00-9.15

Accueil des participants et présentation du colloque
(Ekaterina Velmezova)

– 9.15-9.45

Михаил ЛОТМАН (Тарту/Таллинн)
Соссюр между прошлым и будущим

– 9.45-10.15

Estanislao SOFIA (Leuven) & Alessandro CHIDICHIMO (Genève)
La traduction et la diffusion du Cours de linguistique générale (1916) en Russie

– 10.15-10.45

Irina IVANOVA (Lausanne)
La réception du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure par les linguistes russes soviétiques de Petrograd – Léningrad dans les années 1920-1930

– 10.45-11.15

Pause

– 11.15-11.45

Elena SIMONATO (Lausanne)
Les idées phonologiques de Saussure dans le Cours de linguistique générale à travers leur réception par les phonologues soviétiques au seuil des années 1930

– 11.45-12.15

Sébastien MORET (Tartu/Lausanne)
Saussure, Linzbach, la linguistique et le jeu d’échecs

– 12.15-14.00

Repas et promenade

– 14.00-14.30

Ekaterina VELMEZOVA (Lausanne) & Kalevi KULL (Tartu)
About the So-Called “Saussurean Heritage” in the Works of the Moscow-Tartu Semiotic School Representatives: the Development of Sign Model(s)

– 14.30-15.00

Dmitri SICHINAVA (Moscow)
The CLG in Ukraine and Belarus: Paths of Reception

– 15.00-15.30

Pause

– 15.30-16.00

Владимир АЛПАТОВ (Москва)
От Соссюра к Сепиру: российская лингвистика последнего времени

– 16.00-16.30

Patrick SERIOT (Lausanne)
L’homme qui sépare

– 16.30-16.45

Discussion finale

 

RÉSUMÉS

 

Владимир АЛПАТОВ (Москва): От Соссюра к Сепиру: российская лингвистика последнего времени

Современная российская лингвистика характеризуется рядом особенностей. Генеративизм в СССР и России не получил большого распространения. В то же время виден отход от принципов, провозглашенных Ф. де Соссюром, который, расширив сферу исследований лингвистики за счет синхронии, в то же время сузил ее за счет отнесения функционирования языка к речи, занимавшей в его концепции периферийное место. В современной российской лингвистике, наоборот, в центре внимания находятся вопросы функционирования языка: прагматика, изучение картин мира и пр. Границы лингвистики при таком подходе расширяются, но остается неясным, где лингвисту следует остановиться при таком расширении; уровень строгости и проверяемости результатов резко снизился.

 

 

Irina IVANOVA (Lausanne) La réception du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure par les linguistes russes soviétiques de Petrograd – Léningrad dans les années 1920-1930

Dans la Russie soviétique des années 1920-1930, la théorie de F. de Saussure reçut un accueil très varié. Même parmi des linguistes de Petrograd-Leningrad, élèves d’I.A. Baudouin de Courtenay, il n’y avait pas d’unanimité à ce propos. Tandis que les uns trouvaient une ressemblance entre les idées saussuriennes et celles de leur maître, les autres, comme Viktor Vinogradov (1894-1969), cherchaient à appliquer certaines idées de Saussure à l’analyse des œuvres littéraires. Notre exposé vise à analyser l’accueil varié des idées de Saussure à Petrograd-Léningrad et à comprendre les raisons d’une telle réception.

 

 

Михаил ЛОТМАН (Tartu/Tallinn): Соссюр между прошлым и будущим

1. Курс Соссюра во многих отношениях является энигматическим произведением, начиная с недоразумений, касающихся его авторства и заканчивая очевидными нестыковками в содержании и аморфностью композиции. Очевидно, что дело идет об одном из самых значительных лингвистических сочинений ХХ века, но даже его содержание продолжает оставаться предметом разногласий. Стало обычным делом, что каждый исследователь Курса начинает с опровержения основных положений своих предшественников.

2. В своем докладе я остановлюсь на двух наиболее важных для семиотики положениях Соссюра: на соотношении между языком и речью и на специфике языка как семиотической (семиологической) системы.
2.1. Соссюр определяет язык в чисто негативных терминах: в нем нет ничего материального, язык неизменен в пространстве и времени. Речь, напротив, материальна и локализована в пространстве-времени. Здесь возникает проблема границ языка. Где пролегает граница между, с одной стороны, немецким и голландским, русским и белорусским, белорусским и польским и т.д., а с другой стороны, между латынью и итальянским, санскритом и пракритом и т.п. В своем докладе я хочу предложить пути возможных решений.

2.2. В соссюровской концепции языкового знака, которую я буду рассматривать в сопоставлении с пирсовским учением о знаке, основным моментом является соотношение

знака и знаковой системы. Линеарность означающего противоречит логике языка как системы знаков, я полагаю, что это – реликтовое влияние речи. С другой стороны, представление об абсолютной арбитрарности языкового знака представляется чрезвычайно продуктивным.

3. С точки зрения семиотики, одной из основных идей Курса является представление о множественности семиологических систем (язык, балет, шахматы); в своем докладе я попытаюсь развить эти идеи Соссюра и предложить подход к возможной типологии знаковых систем.

 

 

Sébastien MORET (Tartu/Lausanne): Saussure, Linzbach, la linguistique et le jeu d’échecs

En 1916, Jakob Linzbach fait paraître à Saint-Pétersbourg un ouvrage intitulé Principy filosofskogo jazyka. Opyt točnogo jazykoznanija. La coïncidence de l’année y est peut-être pour quelque chose, toujours est-il que Linzbach fut parfois associé à Saussure, avec l’idée que, si la révolution bolchevique n’avait pas eu lieu en 1917, Linzbach et son livre occuperaient peut-être aujourd’hui la place qu’occupent Saussure et son Cours de linguistique générale.

Dans le cadre de cet exposé, nous proposons d’examiner Saussure et Linzbach, dans leurs conceptions de la linguistique et de la métaphore du jeu d’échecs (également présente chez Linzbach), afin de voir ce qui les unit et ce qui les distingue.

 

 

Patrick SERIOT (Lausanne): L’homme qui sépare

Se voir au miroir de l’autre est une expérience inconfortable mais pleine d’enseignement. Ainsi, on insiste d’ordinaire sur la réception positive de Saussure en URSS (Sljusareva, Bronckart, Houdebine), mais il est beaucoup plus intéressant de se confronter aux commentaires acerbes dont Saussure a fait l’objet dans la linguistique soviétique des années 1920-1930. De «représentant majeur de la linguistique sociale française» à «chef de file de la linguistique bourgeoise», les grilles de lecture ont bien évolué. Mais il est encore plus intéressant de mettre en évidence les points d’achoppement de la lecture russe de Saussure dans ces années-là (aussi bien en Union soviétique: Vološinov, Ščerba, Kacnel’son, que dans l’émigration: Jakobson, Troubetzkoy). C’est alors un problème épistémologique de fond qui apparaît: la constitution d’un objet de connaissance est occultée au profit d’une théorie (ou plutôt d’une affirmation incantatoire) du concret, du vivant et de la totalité, et surtout du lien nécessaire entre la forme et le contenu, entre le signe et le référent. C’est ce refus obstiné de l’arbitraire du signe et de ce qui deviendra plus tard l’autonomie du signifiant qui va mériter dans cet exposé un examen attentif.

 

 

Dmitri SICHINAVA (Moscow): The CLG in Ukraine and Belarus: Paths of Reception

The CLG and its ideas become popularized both in Ukraine and Belarus between the world wars. During the so-called nation-building period, these East European nations (which were part of the USSR) were less interested in theoretical linguistics than in practical linguistic engineering and description. However, the CLG still made its way to the emerging national traditions, mainly via the phonological theory (e.g. in the works of Olena Kurylo and George Shevelov in Ukraine). In the postwar era, some Ukrainian and Belarusian linguists took into account the CLG, which had become a classical work by that time, in constructing their own theories of sign and langue/parole, namely Andriy Biletskiy in Ukraine and Adam Suprun and his collaborators in Belarus. In 1998, the CLG was translated into Ukrainian by Andriy Korniychuk and Konstantyn Tyshchenko; their decisions and comments represent an important step in its reception, sometimes overtly departing from the previous Russian/Soviet tradition.

 

 

Elena SIMONATO (Lausanne): Les idées phonologiques de Saussure dans le Cours de linguistique générale à travers leur réception par les phonologues soviétiques au seuil des années 1930

Ma communication portera sur un aspect de la circulation du CLG dans l’Union soviétique des années 1920-1930. J’étudierai la réception des thèses phonologiques de Ferdinand de Saussure par les phonéticiens et phonologues impliqués dans l’édification des alphabets (élaboration des écritures pour les langues sans forme écrite dans les années 1920-1930).

On remontera à l’an 1923, où deux débats linguistiques ont porté sur le CLG, qui pourtant n’aura été traduit en russe qu’en 1933. En effet, certains linguistes ont cherché à prendre connaissance des idées exposées dans le Cours à la recherche d’une approche solide pour l’élaboration des alphabets. Il s’agit, parmi les phonéticiens-phonologues, de Nikolaj Jakovlev (1892-1974) et de Evgenij Polivanov (1891-1938). Je me propose d’analyser leur appréhension des idées phonologiques contenues dans le Cours et d’en comprendre les raisons.

Saussure possède à leurs yeux le mérite de concevoir le système linguistique comme un phénomène collectif, social et non individuel. Toutefois, le linguiste genevois est accusé de «sociologisme abstrait» (cf. Jakovlev, 1930, p. 30). Cela est une critique d’ordre général.

Dans le domaine de la phonologie plus concrètement, la critique des idées du CLG par Polivanov et Jakovlev, ainsi que par le traducteur du CLG A.M. Suxotin, se focalise sur plusieurs points:
1) Premièrement, elle concerne la classification des sons proposée par Saussure (Suxotin, 1933, p. 225).
2) La deuxième critique reprend l’inventaire des sons.
3) Troisièmement, les phonologues soviétiques n’acceptent pas la séparation de la phonologie de la linguistique (Suxotin, 1933, p. 222).

Je confronterai l’approche de ces phonologues à celle que Saussure a développée dans son Cours, afin de dégager les thèses qu’ils ont en commun.

Enfin, je tâcherai de savoir si, comme l’affirmaient Lev Ščerba et Evgenij Polivanov, le CLG n’avait rien apporté de nouveau à la phonologie par rapport à ce qui avait été enseigné par Baudouin de Courtenay.

Bibliographie

Alpatov Vladimir Mixajlovič, 2007: «Ferdinand de Sossijur i lingvistika XX veka», in Izvestija RAN. Serija literatury i jazyka, 2007, N° 66, fasc. 6, pp. 3-15. [Ferdinand de Saussure et la linguistique du XXème siècle]

Jakovlev Nikolaj Feofanovič, 1923: Tablicy fonetiki kabardinskogo jazyka. Moskva: Izdanie Instituta Vostokovedenija. [Tables de la phonétique du kabarde]

— 1930: «Istoriko-materialističeskaja lingvistika i grammatika», in Russkij jazyk v sovetskoj škole, 1930, N° 1, pp. 26-33. [La linguistique historico-matérialiste et la grammaire]

Polivanov Evgenij Dmitrievič, 1927: «Specifičeskie osobennosti poslednego desjatiletija 1917- 1927 v istorii našej lingvističeskoj mysli (vmesto predislovija)», in Stat’i po obščemu jazykoznaniju. Izbrannye raboty. Moskva: Nauka, 1968, pp. 51-56. [Particularités spécifiques de la dernière décennie 1917-1927 dans l’histoire de notre pensée linguistique]

— 1929: «Krug očerednyx problem sovremennogo jazykoznanija», in Stat’i po obščemu jazykoznaniju. Izbrannye raboty. Moskva: Nauka, 1968, pp. 178-186. [Aperçu des problèmes de la linguistique contemporaine]

Sossjur Ferdinand de, 1933: Kurs obščej lingvistiki. Moskva: OGIZ-Socèkgiz. [Cours de linguistique générale]

— 1990: Zametki po obščej lingvistike. Moskva: Progress. [Notes de linguistique générale] Suxotin Aleksej Mixajlovič, 1928: «Tezisy k dokladu-referatu o Kurse obščej lingvistiki Ferdinanda de-Sossjura», in Voprosy jazykoznanija, 1994, N° 6, pp. 142-143. [Thèses pour l’exposé sur le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure]

— 1933: «Primečanija perevodčika», in Sossjur 1933, plusieurs pages. [Notes du traducteur]

Troubetzkoy Nikolaj Sergeevič, 1939 [2000]: Principes de phonologie (trad. fr.). Paris: Klincksieck, 2000.

Vvedenskij Dmitrij Nikolaevič, 1933: «Ferdinand de Sossjur i ego mesto v lingvistike», in Sossjur 1933, pp. 5-21. [Ferdinand de Saussure et sa place dans la linguistique]

 

 

 

Estanislao SOFIA (Leuven) & Alessandro CHIDICHIMO (Genève): La traduction et la diffusion du Cours de linguistique générale (1916) en Russie

Charles Bally (1865-1947) et Albert Sechehaye (1870-1946), après avoir édité et publié, en 1916, le Cours de linguistique générale (CLG), s’intéressent de près à la diffusion du volume dans le milieu scientifique genevois et international. Si Bally avait dû se battre en 1913 pour défendre son droit d’éditer et de publier les manuscrits de Saussure (notamment face à Antoine Meillet [1866-1936] et Paul Regard [1889-1962] qui avaient conçu un ou des projet/s comparable/s), à la suite de la publication du CLG il a eu à faire face, avec Sechehaye, aux différentes complications posées par les différentes traductions. Dans cette communication, nous ciblerons un épisode ponctuel de cette histoire, à savoir les problèmes suscités par la traduction russe, qui représente à la fois un cas prototypique et singulier de la diffusion du CLG, mais aussi, en l’occurrence, de la pénétration des idées saussuriennes dans le milieu culturel russe (cf. Čudakova & Toddes, 1982; Depretto, 1982). En nous appuyant sur des sources manuscrites inédites, en particulier sur la correspondance inédite entre Bally, Sechehaye, Serge Karcevskij (1884-1955), Roman Jakobson (1896-1982) et Aleksandr Romm (1898-1943), nous reconstruisons grâce à un travail micro- historique cet épisode de l’histoire de la linguistique saussurienne et russe.

Bibliographie

Chidichimo Alessandro, 2015: «Conscience d’archive et temporalité: Ferdinand de Saussure et l’École de linguistique de Genève», in J.-F. Bert et M. Ratcliff (éd.), Frontières d’archives: recherches, mémoires, savoirs. Paris: Éditions des archives contemporaines, pp. 117-129.

— (en préparation): Les recueils d’opuscules de Charles Bally.

Čudakova Mariètta Omarovna & Toddes Evgenij Abramovič, 1982: «La première traduction russe du Cours de linguistique générale de F. de Saussure et l’activité du Cercle Linguistique de Moscou», in Cahiers Ferdinand de Saussure, 1982, vol. 36, pp. 63-91.

Curea Anamaria, 2015: Entre expression et expressivité: l’école linguistique de Genève de 1900 à 1940. Charles Bally, Albert Sechehaye, Henri Frei. Lyon: Ens Éditions.

Depretto Catherine, 1982: «Une page inédite de l’histoire de la linguistique: la première traduction russe du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure», in Revue des études slaves, 1982, t. 54, fasc. 4, pp. 757-762.

Fontaine Jacqueline, 1997: «S. Karcevski et R. Jakobson, grammairiens de la langue russe à l’époque du Cercle linguistique de Prague», in Cahiers de l’ILSL, 1997, N° 9, pp. 75-86. Kouznetsov Valéry, 2010: «La linguistique saussurienne et genevoise en Russie», in Cahiers Ferdinand de Saussure, 2010, vol. 63, pp. 159-173.

Reznik Vladislava, 2008: «A Long Rendez-vous: Aleksandr Romm’s Unpublished Works on Ferdinand de Saussure», in The Slavonic and East European Review, 2008, vol. 86, N° 1, pp. 1-25.

Saussure Ferdinand de, 1916: Cours de linguistique générale. Lausanne – Paris: Payot. Shchedrina Tat’jana & Velmezova Ekaterina, 2008: «Charles Bally et Gustav Shpet en conversation intellectuelle: reconstruire les archives de l’époque», in Cahiers de l’ILSL, 2008, N° 24, pp. 237-252.

Sofia Estanislao, 2013: «Cent ans de philologie saussurienne. Lettres échangées par Albert Sechehaye et Charles Bally en vue de l’édition du Cours de linguistique générale (1916)», in Cahiers Ferdinand de Saussure, 2013, vol. 66, pp. 181-197.

— 2015: La «Collation Sechehaye» du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure. Leuven: Peeters.

Vvedenskij Dmitrij Nikolaevič, 1933 [2000]: «Ferdinand de Saussure et sa place dans la linguistique», in Cahiers Ferdinand de Saussure, 2000, vol. 53, pp. 199-221.

 

 

Ekaterina VELMEZOVA (Lausanne) & Kalevi KULL (Tartu): About the So-Called “Saussurean Heritage” in the Works of the Moscow-Tartu Semiotic School Representatives: the Development of Sign Model(s)

Members of the Moscow-Tartu semiotic school often insist(ed) on using the model of sign put forward in the Saussurean Course in General Linguistics (and mentioning, in this regard, Saussurean linguistics as one of the School’s theoretical premises in general) in their works. Analyzing a series of interviews organized with Moscow-Tartu scholars (J.M. Lotman, B.A.Uspenskij, V.V. Ivanov, etc.), we shall call this affirmation into question, trying to demonstrate that if the Moscow-Tartu school members often made an explicit intellectual start from the Course in General Linguistics, from the Saussurean binary model of the sign, they abandoned it later, passing to ternary and even quaternary models of signs (sometimes without being aware of this conversion). This change is going to be analyzed in the context of the wider turn towards a dynamic understanding of the sign that has taken place in semiotics since the 1980s. Besides, the reasons for Moscow-Tartu scholars’ “constant appeal“ to the Course in General Linguistics will be discussed within the general framework of the history of linguistic ideas in the past century.

 

Organisateurs:
Ekaterina Velmezova et Malika Bouimarine (logistique)

 

Entrée libre

Mercredi 13 avril 2016

Lieu:  Université de Lausanne, Quartier UNIL-Sorge, Bâtiment Amphimax, salle 414, CH-1015, Lausanne